Coiffure
 

Tout savoir pour former un apprenti

Depuis 25 ans, le CFA94 a mis en place un partenariat privilégié avec les entreprises artisanales, construisant ainsi des relations mutuellement bénéfiques. 

Quels que soient la filière et le niveau de formation (CAP, CAP 1 an, BP, Bac Pro, BTS, TEPE...), les entreprises sont présentes à toutes les étapes de la formation de l’apprenti, depuis son recrutement jusqu’à l’obtention de son diplôme et sa rentrée dans la vie active. Elles sont donc les acteurs clés de l'apprentissage 

Fort de ce lien, le CFA94 engage son savoir-faire et son expertise dans le recrutement et la formation en apprentissage des jeunes. 

1/ Pourquoi former un apprenti ?

Misez aujourd’hui sur l’apprentissage pour préparer le développement et l’avenir de votre entreprise

Former un apprenti c’est :

  • former un(e) salarié(e) aux méthodes de l’entreprise et anticiper un éventuel recrutement,
  • former un(e) salarié(e) aux spécificités d’un métier en vue d’une transmission de savoir-faire,
  • dynamiser les équipes,
  • permettre à l’entreprise de s’enrichir grâce à de nouvelles compétences et un regard neuf sur l’activité,
  • transmettre les valeurs de l’entreprise et du monde du travail,
  • transmettre son entreprise.

2/ Qui peut être Maître d’Apprentissage ?

Toute personne majeure de l’entreprise, chef d’entreprise ou salarié, pouvant justifier de :

  • 1 an d'exercice d'une activité professionnelle en rapport avec la qualification préparée par l'apprenti et d'un diplôme ou titre relevant du domaine professionnel correspondant au diplôme préparé ar l'apprenti,
  • Ou 2 années d’expérience professionnelle en relation avec la qualification visée en ayant un diplôme correspondant à celui préparé par le jeune.

(Article L. 6223-8-1)

Le nombre maximal d’apprentis pouvant être accueillis simultanément dans une entreprise est fixé à deux pour chaque maître d’apprentissage.
Tout au long du contrat, l’apprenti est suivi par un maître d’apprentissage pour l’acquisition des compétences nécessaires à l’obtention du diplôme préparé. 

Le maître d'apprentissage s'engage à :

  • Inscrire l'apprenti dans un centre de formation d'apprentis (CFA) et à lui faire suivre les cours,
  • Lui dispenser l'enseignement du métier,
  • Lui verser son salaire, l'inscrire à l'examen sanctionnant la formation.

3/ Le contrat d’apprentissage

Le contrat d'apprentissage est un contrat à durée déterminée qui oblige l'employeur à former son salarié. Le contrat dure le temps de la formation, en règle générale :

  • 1 an ou 2 ans pour un CAP
  • 2 ans pour un Brevet Professionnel après l'obtention d'un premier CAP
  • 2 ans ou 3 ans pour un Bac Pro
  • 2 ans pour un BTS

La formation se fait par alternance se répartissant entre temps en entreprise et temps au CFA. En tant que salarié, l'apprenti bénéficie des 5 semaines de congés payés et perçoit une rémunération.
L'entreprise perçoit des aides liées à ce contrat

Pour avoir des informations détaillées concernant l'apprentissage, il y est rappelé :

  • l'âge légal d'un apprenti,
  • l'apprentissage : la formation, les cours, l'alternance,
  • le contrat : la durée, les dates de début et de fin de contrat, ...
  • l'examen,
  • les droits et devoirs d'un apprenti...

4/ Recruter un apprenti

Tous les ans, dès les portes ouvertes du mois de mars, les jeunes peuvent s’inscrire en CFA et chercher en parallèle une entreprise d’accueil.

Trois possibilités pour recruter un apprenti : 

  • recruter un candidat en direct et contacter le CFA94 pour son inscription,
  • solliciter le CFA94 pour trouver des candidats potentiels, notamment par le biais des développeurs de l’apprentissage,
  • ou consulter les recherches de postes des apprentis en ligne sur notre www.bourse-emploi-apprentissage.cma94.com ou y déposer votre offre de contrat.

5/ La rémunération du jeune

La formation en apprentissage, rappelons-le est gratuite et rémunérée. L'apprenti est un salarié sous contrat de travail.

Son salaire, en fonction de son âge et de l’ancienneté de son contrat, est calculé en pourcentage du SMIC au 1er janvier 2019 (soit 10.03 euros bruts de l’heure et un SMIC mensuel brut de 1 521.25 euros)

 

1e année

Moins de 18 ans

27% du SMIC

410.74 

De 18 à 20 ans

43% du SMIC

654.14 

De 21 à 25 ans

53% du SMIC

806.26 

26 ans et plus

100% du SMIC

2e année

Moins de 18 ans

39% du SMIC

593.29 €

De 18 à 20 ans

51% du SMIC

775.84 €

De 21 à 25 ans

61% du SMIC

927.96 €

26 ans et plus

100% du SMIC

3e année

Moins de 18 ans

55% du SMIC

836.69 €

De 18 à 20 ans

67% du SMIC

1 019.24 €

De 21 à 25 ans

78% du SMIC

1 186.58 €

26 ans et plus

100% du SMIC


 

Dans certains cas, le salaire minimum de l’apprenti peut être majoré :

  • Si l’apprenti est déjà titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur ou technologique, ou s’il prépare une mention complémentaire en parallèle : majoration de 15%.
  • Dans certaines entreprises, selon le domaine d’activité et la convention collective, la rémunération de l’apprenti peut être supérieure au minimum légal prévu.
  • Si le contrat de travail signé par l’apprenti contient une clause prévoyant une rémunération plus élevée.
  • Si plusieurs contrats se succèdent : voir section suivante

Pour faciliter le calcul du salaire minimum légal et les aides auxquelles vous avez droit, un simulateur est disponible www.alternance.emploi.gouv.fr/portail_alternance

 

6/ Des interlocuteurs dédiés

Notre CFA est à votre écoute pour vous conseiller dans le recrutement de jeunes désireux de se former à votre métier. Nous vous aidons dans les démarches administratives et vous accompagnons pendant toute la formation de votre apprenti. 


Les développeuses de l’apprentissage : des interlocutrices privilégiées

Pour pouvoir répondre au mieux à vos attentes et faciliter vos démarches, nous avons mis en place au sein du CFA une équipe de trois développeuses de l’apprentissage dédiées à des métiers spécifiques du CFA94. Leur rôle :

  • Etre au plus près des entreprises : le développeur vous répond par téléphone ou se déplace dans votre entreprise, sur votre chantier, à votre convenance.
  • Informer les entreprises sur l'apprentissage, les différents contrats, les diplômes, les aides financières...
  • Mettre en relation les jeunes candidats à l'apprentissage et les entreprises en recherche d'un jeune.
  • Assurer un suivi du dossier après la conclusion d'un contrat d'apprentissage.


Pour tout ce qui concerne les métiers de l’esthétique et de la fleur, vous pouvez contacter : 

Marine Delorme
01 49 76 50 79
mdelorme@cma94.com


Pour les métiers du bâtiment (électricité et plomberie), votre interlocutrice est :

Catherine Denner
01 49 76 51 48
cdenner@cma94.com


Pour les métiers de la coiffure et de la vente, n’hésitez pas à contacter :

Eve Sarfati
01 49 76 50 12
esarfati@cma94.com


Un médiateur de l’apprentissage à votre service !

Au service et en soutien des apprentis et des entreprises, chaque CFA met à votre disposition un médiateur qui vous accompagne tout au long du contrat d'apprentissage.

Il aide à résoudre d'éventuels problèmes ou difficultés nés à l'occasion de l'accomplissement du contrat d'apprentissage.

Il est à votre écoute et vous conseille dans le respect, la neutralité et la confidentialité. En cas de problème relationnel, il favorise le dialogue entre les différents acteurs de l'apprentissage pour prévenir et limiter les résiliations de contrat d'apprentissage.

Alors si vous avez un litige avec votre apprenti/employeur, contactez votre médiatrice au CFA94 :

Virginie Fourrier-Garilli
01 49 76 50 23
virginie.fourrier-garilli@crma-idf.fr

7/ Les aides et avantages financiers

Depuis le 1er janvier 2019, il n'y a plus qu'une aide unique​

 

À quels employeurs s’adresse l’aide unique ?

L’aide s’adresse :

  • aux employeurs de moins de 250 salariés ;
  • qui concluent un contrat en apprentissage à compter du 1er janvier 2019 ;
  • pour la préparation d’un diplôme ou d’un titre à finalité professionnelle de niveau inférieur ou égal au bac.

 

Quel est le montant de l’aide unique ?

  • 4 125 € maximum pour la 1re année d’exécution du contrat ;
  • 2 000 € maximum pour la 2e année d’exécution du contrat ;
  • 1 200 € maximum pour la 3e année d’exécution du contrat.

À noter : 
Si la durée du contrat d’apprentissage est supérieure à trois ans, le montant maximal prévu pour la 3e année d’exécution du contrat s’applique également pour la 4e année.

 

Comment l’aide unique est-elle attribuée à l’employeur ? Doit-il en faire la demande ?

Pour tout contrat d’apprentissage enregistré par la chambre consulaire, l’aide est versée chaque mois par anticipation de la rémunération par l’Agence de services et de paiement (ASP) et à compter du début d’exécution du contrat.

Pour pouvoir en bénéficier, l’employeur doit avant le début de l’exécution du contrat d’apprentissage ou, au plus tard, dans les cinq jours ouvrables qui suivent celui-ci, adresser le contrat conclu avec l’apprenti à la chambre consulaire dont il dépend pour enregistrement.

Sur le contrat, doivent figurer :

  • la signature de l’employeur ;
  • la signature de l’apprenti (et de son représentant légal s’il est mineur)
  • et le visa du centre de formation d’apprentis attestant l’inscription de l’apprenti afin qu’il soit enregistré.

À noter : 
À partir du 1er janvier 2020, le dépôt du contrat d’apprentissage par l’employeur se fera auprès de l’opérateur de compétences dont il dépendra (et non plus auprès de la chambre consulaire). Pour savoir plus sur les opérateurs de compétences, cliquez ici

La chambre consulaire doit enregistrer le contrat dans les 15 jours suivant la réception du dossier complet (contrat et pièces justificatives). Lorsque le contrat est enregistré, la chambre consulaire notifie le numéro d’enregistrement du contrat à l’employeur et envoie un exemplaire du contrat enregistré, notamment à l’employeur, à l’apprenti et aux services du ministère du Travail.

Une fois le contrat enregistré par la chambre consulaire, le processus de demande d’aide est enclenché. Les services du ministère du Travail transmettent les contrats éligibles à l’aide unique (moins de 250 salariés, niveau inférieur ou égal au bac) à l’Agence de services et de paiement (ASP) qui est chargée du paiement de l’aide.

Le versement de l’aide est donc automatique quand l’employeur accomplit les démarches déjà obligatoires :

  • après avoir signé le contrat avec l’apprenti, adresser le contrat d’apprentissage à sa chambre consulaire pour que la chambre l’enregistre ;
  • tous les mois, transmettre la déclaration sociale nominative (DSN) de l’apprenti aux organismes de protection sociale (URSSAF, MSA, CPAM, etc.).

La transmission des informations nécessaires au versement de l’aide s’effectue entre les chambres consulaires, les services du ministère du Travail et l’Agence de Services et de Paiement (ASP). Une fois que l’employeur a adressé le contrat à sa chambre consulaire, c’est la chambre qui envoie le contrat aux services du ministère du Travail.

La seule démarche qui reste pour l’employeur est de transmettre la déclaration sociale nominative (DSN) de l’apprenti tous les mois.

Tous les échanges entre l’ASP et l’employeur se font par voie électronique.

Chaque mois, l’employeur reçoit un mail pour l’informer d’un nouveau paiement. Cet avis de paiement est consultable sur SYLAé.

 Toutes les informations sont disponibles dans l’espace mis à disposition de l’employeur sur le portail Sylaé (portail internet à disposition de l’employeur pour toutes les aides versées par l’ASP) pendant toute la durée du contrat.

Une aide en ligne est disponible sur https://sylae.asp-public.fr